Toilettage du secteur de la publicité au Mali / Seules 55 Agences de Communication sont désormais agrées

Le choix des 55 Agences privées agrées découle d’un long processus de sélection rigoureux conjointement voulu par le Ministère de la communication et le GPAC

Le jeudi, 28 janvier 2021, comptera dans les anales dans le secteur de la communication au Mali. Et, pour cause, il marquera la fin de la cacophonie dans ce secteur stratégique de notre économie. Il s’agit de la publication de la liste des Agences de communication autorisées désormais à exercer leur métier dans un environnement sécurisé et bien balisé par la Loi. Elles sont donc 55 Agences à recevoir leur agrément des mains du nouveau ministre de la Communication et de l’Économie numérique, Dr Hamadoun Touré. C’était à la faveur d’une cérémonie officielle, tenue dans un hôtel de la place.

Le précieux sésame établit désormais les frontières les Agences amateurs, qui opéraient dans l’ombre et les vraies professionnelles. Le besoin d’agrémenter l’exercice du métier de la publicité au Mali a été tout temps le combat du GPAC (le Groupement professionnel des agences de communication et des régies publicitaires du Mali). Qui est d’ailleurs à l’initiative de l’événement du jeudi.

S’adressant aux officiels et aux nombreux invités, le président de la faitière, Sidi Danioko, dira que la remise de ses agréments marque le début d’un jour nouveau pour le secteur de la publicité au Mali. Il a rappelé le long combat qui a abouti à cette nouvelle orientation de la filière. «Nous venons de loin et nous avons fait un long parcours qui a d’abord permis de doter le métier d’un statut l’extirpant de l’informel», a-t-il expliqué, avant d’ajouter que la remise des agréments aux agences ayant répondu aux normes contribuera à asseoir un cadre légal dans le secteur.

Pour le président du GPAC, tout métier mérité d’être exercé dans un contexte sécurisé sur le triple plan juridique, administratif et économique. Pour parvenir à ce niveau de réglementation du secteur de la publicité, Sidi Danioko a indiqué que son organisation a épluché l’ensemble des textes existants, tant au Mali, qu’ailleurs dans la sous-région et même pour sortir un texte consensuel profitable pour toutes les parties. «Nous avons essayé d’extraire les éléments les plus importants en rapport avec notre cadre économique et nous avons structuré l’activité sur différentes catégories», a-t-il expliqué.

Au lancement du processus d’agrémentation, 72 dossiers avaient été déposés au secrétariat de la Commission de réception. Un comité mixte état-secteur privé avait été installé par le département en charge de la communication pour trier les dossiers de candidature. Une grille de critères avait été mise à disposition. C’est cet instrument de mesure qui a permis de distinguer les meilleures d’entre elles. Au terme de longs mois de travail. Au finish, 55 agences, toutes catégories confondues, ont été retenues. Il s’agit de : 4 agences conseils, 29 agences de communication et 22 régies publicitaires.

C’est fort de cet exercice, que le président du GPAC, Sidi Danioko, dira que désormais, seules les professionnelles du secteur de la publicité seront autorisées à exercer librement et légalement leur métier. Selon lui, l’intérêt de cette mutation dans le secteur est de permettre aux professionnelles d’exercer leurs activités dans un environnement concurrentiel assaini. Au passage, il a donné des rassurances aux médias publics. Qu’ils auront désormais affaire à des agences opèreant dans les règles de l’art.

Avant de procéder à la remise des agréments, le ministre de la Communication et de l’Économie numérique, Dr Hamadoun Touré, a expliqué qu’il s’agit de l’aboutissement d’un processus entamé, il y a quelques années à l’initiative du GPAC avec l’impulsion du département en charge de la communication. L’ancien patron de l’Union internationale des télécommunications (UIT) a rappelé que la collaboration public-privé a permis de doter pour la première fois au Mali les acteurs du secteur de la publicité d’un statut juridique bien que la loi date du 02 juin 2017 et son décret d’application n’a été adopté que récemment. Le ministre Touré s’est réjoui du fait que le secteur de la publicité sera désormais animé par des professionnels, de véritables entrepreneurs et créateurs évoluant dans un cadre formel et sécurisé.
Avant de conclure, le ministre de la Communication et de l’Économie numérique, dira que cette professionnalisation permettra une mobilisation accrue des recettes publicitaires au bénéfice des médias et du Trésor public et renforcera la transparence dans la gestion, dans la redistribution des revenus en direction des agences autorisées à exercer. Pour terminer le ministre Touré a rassuré le GPAC de l’accompagnement de son département dans le cadre de la régulation du secteur de la publicité dans notre pays.

Source/L’ESSOR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *