Tchad : face à l’offensive des rebelles, Idriss Déby peut-il compter sur l’aide de son allié la France ?

Chad President Idriss Deby arrives for a group picture during the G5 Sahel summit Tuesday, June 30, 2020, in Nouakchott. Leaders from the five countries of West Africa's Sahel region, Burkina Faso, Chad, Mali, Mauritania and Niger, meet with French President Emmanuel Macron and Spanish Prime Minister Pedro Sanchez in Mauritania's capital Nouakchott on Tuesday to discuss military operations against Islamic extremists in the region, as jihadist attacks mount. The five African countries, known as the G5, have formed a joint military force that is working with France, which has thousands of troops to battle the extremists in the Sahel, the region south of the Sahara Desert. (Ludovic Marin, Pool via AP)

Une semaine après le début de l’offensive des rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (Fact) dans le Nord, ces derniers assurent contrôler un périmètre qui comprend la localité de Gouri, point névralgique à 200 km de #Faya_Largeau. L’aviation tchadienne continue de bombarder les positions rebelles, les renforts seraient déjà arrivés pour mener une contre-offensive, selon des sources militaires. En attendant, tout le monde à les yeux rivés sur la France, qui est déjà intervenu à plusieurs reprises contre des rebelles qui menaçaient le pouvoir de Idriss Déby

En 2006 Mahamat Nour Abdelkrim, 2008 Mahamat Nourri qui avaient tout les atteints la capitale N’Djamena avant d’être déchiquetés par l’aviation française, le 30 janvier 2019 une quarantaine de pickups lourdement armés fonçait sur N’Djamena la capitale tchadienne en provenance de la Libye, des avions français de l’opération #Barkhane avaient bombardé, en appui des forces tchadiennes, un groupe armé rebelle qui s’était infiltré dans le nord du Tchad en provenance de Libye, avait annoncé l’état-major français.
L’opération française, à la demande des autorités de N’Djamena, intervient alors qu’Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 28 ans, est confronté à l’activisme renouvelé de plusieurs mouvements politico-militaires qui appellent à son renversement.

Pendant que la guerre des communiqués battent son pleins entre le gouvernement et les rebelles du FACT, c’est la peur totale à N’Djamena ou des #chars et #blindés sont déployés dans la sortie nord de la capitale, la France va-t-elle intervenir pour aider son ami à mettre fin à la progression des rebelles et en s’exposant vis-à-vis de l’opinion publique français qui sont réticents à soutenir un dictateur, comme ça, à bout de bras ?

En tout cas la France a besoin absolument d’Idriss Déby et de son armée, qui est la seule aguerrie dans le G5 Sahel. Il y a absolument besoin de l’armée tchadienne, qui vient de mettre 1 200 soldats supplémentaires au Mali.

Sans l’aide de la France, il serait très difficile pour l’armée tchadienne de se battre contre les groupes terroristes de l’État Islamique et AQMI au LacTchad, au Mali, au Niger et au BurkinaFaso, puis combattre les groupes rebelles sur-armés venu de Libye.
Soit il retire ses troupes du G5 Sahel et de la MINUSMA pour faire face à la réalité de son pays, soit….

Source/Moussa Nimaga/Rezopanacom

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *