Insécurité : des taximans agresseurs

Quand ceux qui sont censés vous transporter et vous déposer en toute sécurité à bon port se transforment en agresseurs pour vous dépouiller lâchement de vos biens, cela devient critique et installe les principaux clients dans une insécurité totale. Ces chauffeurs de taxi qui essuient de nombreuses critiques sur leur manie de verser dans la surenchère transformeraient ce beau métier et occasionneront une « Taxiphobie » chez les bamakois dont 30% se déplacent en Taxi.
A travers cet article, nous voulons mettre en garde les bamakois. Quand la sécurité tarde à s’installer et que les populations s’exposent à des dangers, des mesures de prudence s’imposent.
Prendre un taxi tard la nuit pourrait devenir un danger pour certains. Les faits se sont déroulés le jeudi 12 septembre dernier. Un jeune homme du nom de A.C a était agressé par un taximan qui devait le conduire à Missabougou vers la clinique Koulakou. Il voulait se rendre dans le quartier pour voir son cousin venu du village et qui devrait retourner le lendemain, mais arrivé dans un endroit peu éclairé, juste après un petit pont qui traverse le quartier, le taximan s’arrête sous prétexte qu’il voulait se soulager. Sorti de son taxi avec une petite bouteille d’eau pour pisser, le jeune passager A.C n’avait rien vu venir.
Quand notre chauffeur a fini de se soulager, il est revenu retrouver A.C côté siège passager de la voiture. Il lui brandi alors un couteau et le menace de lui remettre tout ce qu’il avait sur lui au prix de sa vie. Il a ainsi pris tout ce qu’A.C avait sur lui sans manquer de le rouer de coups en cognant sa tête contre le sol. Avec les cris d’A.C, les riverains sont sortis pour intervenir et c’est là que notre chauffeur de taxi a joué sur son statut de chauffeur et cria qu’A.C voulait l’agresser.
Les riverains n’ayant pas compris et voyant le chauffeur de Taxi comme une potentielle victime, se sont donc jetés sur le pauvre client et l’ont presque battu à mort.
Une jeune fille du nom d’Alima d’origine guinéenne habitant Bougouba derrière l’ex QG de la Minusma avait quitté le Casino de l’hôtel Amitié pour se rendre chez elle. Son chauffeur de taxi, une fois dans la rue du quartier non éclairée lui propose de patienter quelques instants qu’il rencontre un de ces amis à qui il doit remettre quelque chose. La fille refusa mais notre chauffeur s’est arrêté sur la route dans un coin bien sombre et une fois sorti du taxi, il s’est fait rejoindre par quelqu’un d’autre, certainement un complice qui l’aida à menacer la fille avec un couteau.
Neutralisant la jeune Alima en cognant sa tête contre la portière de la voiture pour l’empêcher de crier, ils ont réussi leur coup en moins de 3 minutes. Les deux agresseurs n’ont rien laissé à la jeune fille. Ses habits, ses chaussures, son téléphone et tout l’argent qu’elle avait par devers elle. Après avoir commis leur agression, les deux hommes se sont sauvés dans le taxi laissant la jeune toute seule dans la rue.
Ces histoires qui nous ont été racontées par A.C et Alima. Elles constituent des cas parmi tant d’autres qui nous ont été rapportés par des témoins ou des victimes d’agressions de chauffeurs de taxi.
Face à ce nouveau phénomène, il urge d’être très prudent une fois la nuit tombée, quand vous emprunter un taxi.

Paul Y. N’GUESSAN / Bamako News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *