Equipe de France : Benzema, le « crime » de Deschamps

Auteur d’un nouveau coup d’éclat, mardi, lors de la première manche face à Chelsea, Karim Benzema a relancé le débat sur sa mise au ban en équipe de France.

C’était à craindre pour Olivier Giroud : son duel à distance face à Karim Benzema n’a pas eu lieu. Pour leur première confrontation en club, l’attaquant de Chelsea est en effet resté scotché sur le banc. Et ce malgré la prestation catastrophique de Timo Werner, auteur de plusieurs gros ratés en première période. Thomas Tuchel a bien dû se résoudre à sortir son compatriote, mais a cette fois préféré Kai Havertz au champion du monde tricolore.

Et comme pouvait également le redouter l’ancien Montpelliérain, Karim Benzema a, lui, tenu le premier rôle au Real Madrid, endossant le costume de sauveur à la demi-heure de jeu en signant un incroyable enchaînement dans la surface. Zinedine Zidane était ainsi tout aussi bluffé par son contrôle de la tête improbable à six mètres du but que par son exceptionnelle reprise de volée. Un exploit sous les yeux d’Olivier Giroud qui a évidemment suffi à relancer le débat sur son absence en équipe de France depuis octobre 2015.

Que ce joueur ne participe pas à l’Euro est un crime

Si tôt la fin du match, Marca a en effet mis les deux pieds dans le plat avec une tribune au titre pour le moins radical. « Deschamps, le crime avec Benzema doit cesser », lance le quotidien madrilène sur son site après le « récital » du Français face aux Blues. « Il a inscrit un grand but, a failli en mettre un autre avec un tir qui s’est écrasé contre le poteau, et a montré qu’il était un leader majuscule en plus d’être un crack. Il comprend le jeu mieux que quiconque et même les monstres physiques de Chelsea ne pouvaient rien contre lui », peut-on lire dans ce vibrant hommage.

Et Marca de poursuivre en accusant Didier Descamps de « priver » le monde du football de sa présence à l’Euro. « Que ce joueur ne participe pas au championnat d’Europe est un crime », assène encore le journal madriliste, qui appelle également le sélectionneur tricolore à la raison. Un appel qui risque de rester vain.

Source/Sports.fr par François Kulawik

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *