Crise du secteur coton : Les cotonculteurs chez le président de l’Assemblée nationale

En vue de trouver une solution à la crise que traverse le secteur coton, le président de l’Assemblée nationale, Moussa Timbiné, a rencontré, le jeudi dernier, une délégation de la Confédération des sociétés coopératives de producteurs de coton du Mali (Cscpc), de la Compagnie malienne pour le développement des textiles (Cmdt) et de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali (Apcam).

« La rencontre qui s’est déroulée aujourd’hui a porté sur le prix du coton qui suscite actuellement beaucoup de discordes. La baisse du prix a conduit d’ailleurs certains producteurs de coton à prendre la décision de ne pas en cultiver cette année », a rappelé le président de la Cscpc, Djiguiba dit Anfa Coulibaly, qui a salué l’initiative du président de l’Assemblée nationale de rencontrer les cotonculteurs.

En effet, les paysans demandent au gouvernement de maintenir le prix du coton de l’année dernière qui est de 275F CFA, et 11.000F CFA pour le sac de l’engrais. Sinon, pas de culture de coton cette année.

« La culture du coton est une question de période. Elle occupe une place importante dans l’économie de notre pays et une saison sans culture du coton peut avoir de graves conséquences pour le pays, quand on sait que de nombreux Maliens vivent du secteur, sans être producteurs », a souligné le chef de la délégation des cotonculteurs.

C’est conscient de cette situation et pour prévenir ses conséquences que  le président de l’Assemblée nationale, Moussa Timbiné, a pris l’initiative de rencontrer les acteurs du secteur pour connaître leurs difficultés et voir quelles peuvent en être les solutions.

A travers les explications des cotonculteurs, l’institut parlementaire a compris que les producteurs ne s’en sortiront que si le prix du coton est fixé à 275 Fcfa. L’Assemblée nationale est désormais au courant de toutes les difficultés auxquelles est confronté le secteur coton.

Adama DAO / Le Tjikan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *