Construction des locaux de l’ambassade du Royaume d’Arabie Saoudite au Mali : L’entreprise EMK dit compter sur le soutien des autorités maliennes

D’autant plus qu’elle ne se reproche aucune faute dans l’exécution du marché, à elle confié, l’entreprise EMK estime pouvoir compter sur une vive réaction des autorités maliennes.

L’affaire dite «arrêt des travaux de construction de l’ambassade d’Arabie Saoudite au Mali» sera tranchée par l’autorité compétente conformément aux dispositions du contrat qui lie les deux parties.

 Attribué à l’entreprise malienne Mady Keïta Sarl (EMK Sarl) depuis 2014 pour un délai d’exécution de 24 mois, le projet de construction de l’ambassade du Royaume d’Arabie Saoudite et de la résidence de l’ambassade n’est pas à terme près de six ans après. Constat amer : les travaux sur le chantier sont aux arrêts.

Selon le directeur de l’entreprise EMK, l’ambassadeur d’Arabie Saoudite, par voie d’huissier, bloque aujourd’hui plus de 30 conteneurs remplis de ses matériels sur le site. L’entrepreneur estime que tout ce blocage serait planifié par le bureau du consultant et ses complices qui auraient toujours fait traîner les validations des factures de l’entreprise pour qu’elle soit en froid avec l’ambassade dans le but de pouvoir réattribuer le marché à d’autres entreprises avec qui il entretiendrait des complicités.

Les modifications des plans du projet, la mauvaise organisation du démarrage du chantier, les retards dans le paiement des factures (tous attribués à l’ambassade d’Arabie Saoudite au Mali) sont, selon l’entrepreneur Mady Kéita (adjudicataire du projet de construction de l’ambassade du Royaume d’Arabie Saoudite et de la résidence de l’ambassadeur au Mali), les seules raisons du retard pris par son entreprise dans la réalisation dudit chantier qui devrait se boucler depuis 2017.

Selon Mady Kéita, son entreprise n’a reçu à ce jour que 56,14% du montant total mentionné dans le contrat de construction au lieu de 70% annoncé par l’ambassadeur dans le journal Les Echos. Selon lui, c’est plutôt un montant de 56,14% du montant global y compris l’avance de démarrage de 20% cautionnée à 100% qui a été, à ce jour, payé à son entreprise pour un taux d’avancement des travaux de 53%, sans compter la facture en attente de 6 337 771,13 dollars qui représente à elle seule 33,19% du montant global du projet.

Et Mady Kéita dit avoir déjà saisi les autorités maliennes compétentes de l’affaire afin de parvenir à un dénouement heureux pour tous. D’autant plus qu’elle ne se reproche aucune faute, l’entreprise EMK estime pouvoir compter sur une vive réaction des autorités maliennes déjà saisies.

Pour mémoire, la société de construction EMK Sarl a été adjudicataire du projet de construction de la chancellerie de l’Ambassade du Royaume d’Arabie Saoudite et de la résidence de l’Ambassadeur à Bamako à la suite d’un appel d’offres international lancé en novembre 2014 pour un montant de 19 091 771,47 USD.

Source/L’Oeil du Mali

Affaire à suivre …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *