CDAT : 2021, l’année de la relance des métiers du tissage traditionnel

Le Centre de développement de l’artisanat textile (Cdat) a tenu sa 28ème session du conseil d’administration ordinaire mercredi dernier, sous la présidence du ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, Mme Kadiatou Konaré. L’évènement était placé sous le signe de la relance des métiers textiles.

En effet, le Centre de développement de l’artisanat textile (Cdat) est un centre de référence dont la mission principale est de se tenir aux côtés des unités artisanales afin qu’elles mettent à la disposition des consommateurs des produits de qualité. Cette mission est capitale car, sans produits de qualité, pas de promotion de la politique nationale du ‘’consommer local’’, du ‘’consommer malien’’.

« Pour relancer l’artisanat textile, le département a lancé un certain nombre d’initiatives pour l’année 2021, à savoir : mettre à disposition du marché touristique un circuit du textile dans la région de Ségou et dédier l’année 2021 aux métiers du tissage traditionnel », a annoncé la ministre la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme.

A l’en croire, un commissionnaire a été déjà désigné pour accompagner cette année et il sera entouré des acteurs et techniciens du tissage, afin que l’année soit celle de la relance de l’artisanat textile et de tenir la 3e édition du Siama à la fin de l’année 2021.

« La réalisation de ces objectifs impose à la fois de multiplier les efforts en vue d’améliorer l’attractivité de la filière vis-à-vis des nouveaux investisseurs, de renforcer durablement la compétitivité des unités textiles existantes et d’innover pour développer des partenariats public-privé », précise la ministre Konaré.

Mais, ajoute-t-elle, force est cependant de reconnaître que le secteur de l’artisanat textile souffre depuis quelques années d’un réel marasme économique et l’année 2020 a été particulièrement éprouvante. Et, dans une situation générale de morosité socio-économique liée à la pandémie de Covid-19, l’artisanat textile a été confronté à une pénurie de fil, occasionnée par l’arrêt des activités de la Comatex.

Cependant, il est important de rappeler que la création du Cdat répond à un souci majeur des plus hautes autorités de notre pays, qui est d’apporter une plus-value au coton malien et de promouvoir la transformation artisanale des matières textiles localement produites.

Selon la présidente du conseil d’administration du Centre, ce contexte a négativement impacté sur les recettes attendues du Cdat au titre de l’exercice 2020 qui a été exécuté à hauteur de 770 501 868 FCFA, dont 13 065 594 FCFA au titre des ressources propres. Le budget prévisionnel au titre de l’année 2021 s’élève en recettes et en dépenses à la somme de 742 958 000 FCFA, soit 20 000 000F CFA au titre des ressources propres.

A noter que cette session a été essentiellement consacrée à l’examiner et l’adoption du procès-verbal de la 7ème session ordinaire du conseil d’administration, l’état d’exécution des recommandations, du rapport d’activités 2020 et rapport annuel de performance 2020 et enfin, le projet annuel de performance 2021.

Source/Le Tjikan par Adama DAO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *