Blocus sur Farabougou : Les vivres destinés aux djihadistes ?

Cette question mérite d’être posée, vu la situation incertaine qui prévaut dans le village de Farabougou situé dans la commune rurale de Dogofry, région Ségou, qui, est assiégé par les hommes armés. Depuis plus de deux semaines, les habitants de Farabougou sont coupés du reste du monde. Toutes les voies d’accès sont coupées, le seul pont reliant au village a été dynamité par les hommes sans foi ni loi.

En début de cette semaine, on apprend à travers des sources militaires que les FAMa ont volées au secours des populations ce lundi et mardi, 20 octobre 2020, en effectuant une action humanitaire significative au profit des populations de Farabougou. C’est un avion de transport Y-12 de l’Armée de l’Air qui a largué de denrées de première nécessité sur le village. Cette opération a été rondement menée et coordonnée avec une équipe de largueurs des Commandos parachutistes.

Face à cette situation, les observateurs internationaux, les partis politiques ne cessent de hausser le ton pour la libération de Farabougou.

Pour le parti PARENA, après sa session hebdomadaire du lundi, 19 octobre 2020, a exprimé ses inquiétudes sur la situation dramatique que vivent les populations de Farabougou (Cercle de Niono, Commune de DOGOFRY), assiégées par des hommes armés non identifiés Des informations recueillies, il ressort que ces populations sinistrées manquent de denrées de première nécessité et de médicaments en cette période post-hivernale de recrudescence du paludisme. Le PARENA invite les autorités à prendre des dispositions urgentes pour mettre un terme au calvaire que vivent les populations éprouvées.

Par ailleurs, l’Adema-PASJ exprime sa profonde inquiétude face au blocus imposé par des terroristes au village de Farabougou, dans la commune rurale de Dogofry, cercle de Niono, région de Ségou, depuis plus d’une dizaine de jours.

Tout en manifestant sa solidarité aux communautés meurtries de Farabougou, l’Adema-PASJ invite les autorités de la transition à prendre toutes les mesures nécessaires pour libérer ce village assiégé par des terroristes et sécuriser l’ensemble du territoire national.

Pour le parti de l’abeille, le silence du gouvernement ne saurait être une réponse efficace et durable à une telle crise sécuritaire et humanitaire dans notre pays.

Larguer des vives aux villageois oui, mais est ce que les denrées sont réellement arrivées aux cibles vu que le village soit sous contrôle des bandits armés ? Ne serait-t-il pas mieux de chercher à libérer le village. Avec tous les moyens que disposent les FAMa, il est grand temps les autorités actuelle libèrent le village avec qu’il ne soit trop tard.

Bréhima DIALLO / 22 Septembre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *