ATTAQUE PERMANENTE CONTRE LE PRESIDENTDU CNOSM  : Quand les performances et succès sportifs réalisés par Habib Sissoko font des jaloux

A general view of the city of Bamako pictured from the point G in Bamako, Mali August 9, 2018. REUTERS/Luc Gnago

Depuis la réélection de Habib Sissoko à la présidence du comité national olympique et sportif du Mali par les 23 fédérations nationales sportives légalement affiliées à l’unanimité le 8 août 2020 dans un grand hôtel de la place, ses détracteurs innés connus comme étant foncièrement méchants et aigris à la limite des débiles mentaux, ont juré de tout mettre en œuvre pour nuire à la réputation légendaire de l’homme. Son seul tort c’est de servirvalablement le mouvement national olympique et sportif malien, et non de se servir, pour la prospérité du sport malien. Mais hélas pour eux, le président Sissoko qui a fait de cette instance sportive, a la confiance de l’ensemble des fédérations nationales sportives légalement affiliées au comité national olympique et à ses partenaires nationaux jusqu’à preuve de contraire. Du coup ces détracteurspardon ces ennemis jurés doivent vraiment se rendre à l’évidence que ce qui est arrêté par le destin, ils doivent le supporter, telle est la volonté du Tout Puissant. A défaut ils peuvent attendre 2024. 

En effet dès le début de l’année 2020, on a assisté à une vague de campagne de dénigrements, de diffamations mensongères et fallacieuses intenses contre le président du comité national olympique et sportif du Mali, Habib Sissoko et l’ensemble de ses collaborateurs. Aussi les responsables des fédérations nationales affiliées et les journalistes sportifs partenaires du comité olympique n’ont pas été épargnés par des gens malhonnêtes sans scrupules et sans vergognes tapis dans l’ombre qui croyaient que leur heure est enfin arrivée pour savourer tranquillement sans le moindre effort les dividendes des succès et des performances réalisés par le président Sissoko. Des vrais lâches en perte de crédibilité et dénués de toute sagesse devenus des détracteurs foncièrement méchants et aigris à la limite des débiles mentaux qui ont juré de tout mettre en œuvre pour nuire à la réputation d’un homme qui a tout donné au sport malien depuis son jeune âge. Mais ilsdoivent comprendre qu’il n’y a pas de hasard en sport, tout se prépare à l’avance ou les conditions sont créées pour y être. Cela sied parfaitement à Habib Sissoko qui a vite embrassé la vie sportive dès son jeune âge au sein du Judo. Champion du Mali et présent aux jeux olympiques de 1980 à Moscou(Russie) et après avoir raccroché, Habib Sissoko devient membre de la fédération malienne de Judo avant de devenir président. Er ce fut le début d’une longue et riche carrière de dirigeant sportif qui le mènera comme président du comité olympique en 2000. Sa longévité à la tête du CNOSMdoit à ses succès et performances réalisés qui ont permis de rehausser le mouvement national olympique et sportif malienet surtout de la confiance absolue placée en lui par les membres votants. A commencer d’abord le climat de confiance entre les différents acteurs sportifs des 23 fédérations nationales sportives affiliées, premier critère essentiel pour la bonne réussite du sport. Autre fait patent et réel, Habib Sissoko a fait en sorte que la responsabilité de chaque fédération soit privilégiée avec la délégation des décisions opérationnelles et la coopération à travers la circulation des informations entre les responsables. Conscient des difficultés financières énormes que rencontrent des fédérations nationales, Habib Sissoko et son équipe ont décidé de partir à l’assaut des partenaires financiers. C’est ainsi qu’ils parviendront à décrocher deux contrats de sponsoring à savoir d’abord  la Sotelma- Malitel pour 15 fédérations nationales et ensuite le PMU-Mali pour 6 fédérations nationales. Sur les fonds de la Sotelma, 85% sont alloués à ces fédérations nationales.  Ce sont ces fonds qui permettent aujourd’hui à ces fédérations bénéficiaires d’enregistrer des succès sportifs de plus en plus encourageants. Aussi une politique d’apprentissage et  de développement c’est-à-dire la capacité des responsables des fédérations membres à innover et à perfectionner, a été initiée par le président Habib depuis plusieurs années. Pour accompagner les responsables et athlètes des fédérations membres pour leur ascension sportive, le président des présidents et son équipe ont mis à leur disposition trois mini- bus pour leur transport dans les pays de la sous- région lors des compétitions internationales. Si autrefois la gestion du comité olympique était méconnue des fédérations membres et qui tournait autour du seul président sans collaborateurs, telle n’est pas le cas avec l’arrivée d’Habib Sissoko et pour preuve le comité olympique est doté de différents bureaux (bureau du président, bureau du secrétaire général, bureau du directeur de cabinet, bureau de la cellule de communication) ; de la comptabilité assurée par un comptable professionnel ; l’existence des manuels de procédure. Aussi tous les employés sont inscrits à l’INPS et à l’AMO. Tout cela est vérifiable au siège du comité national à moins qu’on ne soit de la mauvaise foi manifeste et puante mais malheureusement c’est à cela qu’on assiste depuis la réélection d’Habib le 8 août 2020. Et l’histoire retiendra que c’est grâce à son leadership et à sa détermination tenace que plusieurs responsables des fédérations membres ont été élus dans les instances internationales dans les disciplines comme l’Escrime, le Sport militaire, l’Athlétisme, le Basket-ball pour ne citer que ceux-ci. Et la plus grande fierté du sport malien c’est l’élection de l’ancien ministre de la jeunesse et des sports, Hamane Niang à la présidence de la Fiba-Monde. C’est sans surprise qu’on retrouve Habib Sissoko dans les plus hautes fonctions des instances internationales. Et pour preuve il est le président de l’Union Africaine du Judo (sa famille sportive), président de la Zone II, membre de la fédération internationale du judo, membre du comité exécutif de l’ACNOA et membre de l’ACNO. Le comble ce que ces détracteurs feignent d’ignorer le mode d’élection et comment devenir membre dudit comité en faisant croire que c’est Habib qui nomme les membres. Notons que ce sont les fédérations nationales affiliées sont les seules habiliter à voter pour tel ou tel candidat. Du coup à l’unanimité elles ont décidé de faire derrière le président Sissoko après l’avoir obligé à se présenter de force. Une manière pour les responsables de ces fédérations membres d’être reconnaissants pour toutes les actions menées en faveur de leurs fédérations respectives. Notons que contrairement à ce que les détracteurs pardon les débiles mentaux font croire, le comité national olympique et sportif n’est pas sous la tutelle du département de la jeunesse et des sports mais plutôt un partenaire stratégique. Pour ceux qui ne le savent  pas aussi le CNOSM est aussi partenaire des ministères de l’Education, de la Santé et de l’Environnement. On comprend aisément donc le président Habib providence du sport malien, trouble le sommeil aux éternels tourneurs de veste plus soucieux de leurs intérêts personnels que du développement et de l’épanouissement de notre cher Mali à travers le sport. Habib Sissoko gêne et un obstacle à ses lâchesprétentieux tapis dans l’ombre qui croyaient que leu heure a enfin sonné pour l’éternité. Et leur campagne de dénigrement n’a cessé depuis que les fédérations nationales ont renouvelé leur confiance à Habib jusqu’en 2024. Ce qui n’est pas le cas de ces détracteurs méchants et aigris jusqu’à la moelle épinière à la limite de ces prédateurs sportifs. On comprend que cela les énerve depuis le 8 août 2020 et qui ne fait que les envahir de haine, d’angoisse et de désespoir. Du coup il est aisé de comprendre ces mufles, ces tartufes et ces marchands de calomnies et de dénigrements qui jurent de trouver la petite bête, voire le gros bâton à mettre dans les roues du président du comité olympique. Evidemment Habib Sissoko ne répond pas car, comme disait Conficus « l’homme supérieur ne se tourmente ». Et il a raison de ne pas répondre à ceux qui, toute leur vie, se sont avérés comme étant des lâches tapis dans l’ombre. Une chose est claire aujourd’hui, ces détracteurs pardon ces débiles mentaux doivent se rendre à l’évidence que le choix unanime porté par les 23 fédérations nationales sportives affiliées au comité national olympique et sportif du Mali est une volonté de Dieu destinée à Habib Sissoko. En conséquence ils doivent la supporter jusqu’en 2024 à défaut ils peuvent aller se plaindre auprès du Tout Puissant. 

Saïd / La Mutation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *