Assemblée nationale : Le sort des députés contestés en passe d’être scellé

A l’ouverture des travaux du sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), les présidents ivoirien et nigérien ont recommandé la restitution des résultats initiaux des élections législatives.

Les chefs d’Etat de la Cedeao se sont réunis, ce lundi 27 juillet,  par visioconférence. A l’ordre du jour, un seul sujet : la crise sociopolitique au Mali qui cristallise toutes les attentions de la communauté internationale.  L’une des causes de la crise tire son origine des résultats définitifs proclamés par la Cour constitutionnelle. Une trentaine de députés arrivés en tête à l’issue des résultats provisoires ont été recalés après examens des données par la Cour.

Ce lundi, le chef d’Etat ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, et le Nigérien Mahamadou Issoufou, président en exercice la Cedeao, se sont penchés sur ce point de la crise dans leur déclaration des travaux du sommet extraordinaire.

« Le Mali a aujourd’hui besoin d’une Assemblée nationale conforme aux résultats des élections législatives, d’un Gouvernement d’union nationale, d’une nouvelle Cour constitutionnelle, d’une enquête sur les évènements des 10, 11 et 12 juillet 2020, ainsi que de la mise en œuvre rapide des conclusions du dialogue national », a déclaré le Président Mahamadou Issoufou. D’un ton plus direct, selon nos confrères de RFI, le président ivoirien Alassane Dramane Ouattara a recommandé la suspension des députés contestés. Ainsi, le mandat de la trentaine de députés risque d’être écourté au profit de leurs adversaires recalés par la Cour constitutionnelle.

Lassina NIANGALY / Le Tjikan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *