22 Septembre : IBK annonce le déploiement de trente-six nouveaux engins blindés sur le terrain

Le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta a présidé, ce dimanche 22 septembre, le défilé militaire commémorant le 59ème anniversaire de l’accession du Mali à l’indépendance. C’était à la Place d’armes de Kati. Soucieux de la sauvegarde des vies de ses soldats, il a visité l’un des 36 maraudeurs blindés bien équipés, lesquels vont être déployés sur le terrain très prochainement.

C’est à 10h 34 mn, sous un soleil de plomb, que le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta a été accueilli par son Premier ministre Dr. Boubou Cissé, ce dimanche 22 septembre, à la Place d’armes de Kati. Le chef de l’Etat y prenait part au défilé militaire commémorant la 59ème anniversaire de l’accession du Mali à l’indépendance. Après son accueil, il a déposé une gerbe de fleurs au Monument des morts, en hommage aux militaires maliens et étrangers tombés pour la cause du Mali.

Après s’être acquitté de ce rituel, le chef suprême des armées, accompagné par le chef d’Etat-major général des armées, le général de division Abdoulaye Coulibaly, a salué le drapeau. Avant de procéder à la revue des troupes. Après quoi, il a rejoint la tribune d’honneur, où étaient installés les autorités traditionnelles, administratives et militaires, les membres du gouvernement, les chefs des institutions, les ambassadeurs accrédités au Mali et autres invités de marque à la cérémonie.
Reconnaissance de la nation

En outre, Ibrahim Boubacar Keïta a assisté, dès son installation dans la loge officielle, à la décoration de 10 braves militaires. Ils sont trois (3) médaillés du Mérite militaire, c’est-à-dire un adjudant-chef et deux adjudants décorés par le ministre de la Défense, général de division Ibrahima Dahirou Dembélé. Une (1) médaille de Sauvetage a été remise au commandant Moussa Traoré par le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général de division Salif Traoré. Six (6) médailles de blessés de guerre et commémoratives de campagnes ont été décernées à un (1) sergent, un (1) maréchal de logis (MDL), un (1) adjudant-chef, un (1) adjudant et deux (2) caporaux par le chef d’Etat-major général des armées, le général de division Abdoulaye Coulibaly. Avant la mise en place de la troupe pour le défilé, la fanfare du Prytanée militaire a émerveillé le public avec des chansons traditionnelles et militaires.

IBK fait preuve d’endurance

Durant une trentaine de minutes, le chef suprême des armées, comme pour prouver qu’il a encore du jus, est resté débout tout au long du défilé. Tout comme le chef d’état-major général des armées. C’est sous les notes de la Fanfare nationale que différentes unités des forces armées et de sécurité ont défilé devant leurs chefs hiérarchiques et les invités. Ainsi, le commandant de troupe, le lieutenant-colonel Malick Diaw, Chef d’état-major de la 3ème région militaire, a ouvert le bal. Ont ensuite suivi le drapeau et sa garde, les officiers d’états-majors inter-armées, les anciens combattants, une compagnie du Prytanée militaire de Kati, une compagnie de la direction du Service national des jeunes, une compagnie de l’administration pénitentiaire et de l’éducation surveillée, une compagnie des eaux et forêts, une compagnie des douanes nationales, une compagnie de la protection civile, de la police nationale, de la gendarmerie nationale.

Ils ont été suivis par la compagnie de soutien du génie militaire, de la garde nationale constituée d’une compagnie et de deux sections des éléments récemment réintégrés dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation. Après, ont suivi une compagnie de l’armée de l’air, une compagnie de l’armée de terre constituée également d’une compagnie de deux sections des éléments nouvellement intégrés, toujours dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord. Vinrent ensuite une section des forces spéciales antiterroristes présentement déployés dans les secteurs de Yorosso et de Tominian pour un contrôle de zone, une section cynophile. Une compagnie de bataillon du sport militaire a fermé le défilé avec sa célèbre chanson «zibolé», au rythme de laquelle le chef suprême des armées, IBK, a gesticulé. Elles ont été suivies par la musique principale des armées, avant le passage de six véhicules de combat, des 36 blindés nouvellement acquis fermant ainsi la marche.

De nouveaux équipements acquis

Au total, 36 véhicules maraudeurs de fabrication sud-africaine sont acquis dans le cadre de la Loi d’orientation et de programmation militaire. Selon le maître de cérémonie, ces engins blindés peuvent transporter du personnel en nombre suffisant et être équipés d’armes collectées. D’une capacité exceptionnelle de franchissement, ils peuvent résister à de fortes charges d’engins explosifs improvisés. Ils sont destinés à équiper les unités blindées de l’armée de terre.

Dans son intervention, le chef suprême des armées, IBK, a réaffirmé sa confiance totale à ses hommes et son souci majeur qui reste la sauvegarde de leurs vies. C’est pourquoi il a indiqué que ces 36 nouveaux engins blindés seront bientôt déployés sur le terrain.

«Notre armée disposera très bientôt d’un bataillon de tels engins pour la sauvegarde des hommes . Ces 36 maraudeurs blindés seront déployés, je ne dis pas que la question des engins explosifs improvisés sera entièrement résolue, mais beaucoup a été fait. La vie des hommes sera sauvegardée. C’est ça l’essentiel pour moi. Au-delà de tout, c’est ça mon souci et c’est à cela que je travaille», a-t-il indiqué.

IBK, fier de son armée reconstituée

Dans son intervention, le président de la République n’a pas manqué de manifester sa fierté à l’armée nationale qui, selon lui, est en pleine reconstruction pour relever les défis : lutte contre le terrorisme, maintenir la paix et défendre le territoire national.

« Ces jeunes qui sont revenus dans l’armée, ça préfigure l’armée reconstituée, le Mali retrouvé, le Mali fraternel, plus que jamais, c’est ça le Mali. Le Mali, c’est pas la vindicte, c’est pas le brouhaha continuellement. Il nous faut la paix pour pouvoir avancer. Moi, j’ai un projet pour le Mali, je veux travailler pour le Mali, je veux construire le Mali. Les Maliens veulent que leur pays soit construit», a-t-il déclaré.

Avant de renouveler sa confiance à l’armée nationale. « Et je dis encore une fois ma confiance totale en l’armée malienne. Elle sait combien j’ai souci d’elle. Elle le sait. C’est pas de vains mots. Elle sait quelles sont les mesures qui ont été prises depuis que nous sommes là pour la revigorer, pour la réconforter pour qu’en cas de besoin, les familles soient confortées et réconfortées. Toutes ces mesures sont d’ordre public, sont connues», a-t-il laissé entendre.

Moussa Sékou Diaby

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *